Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Association Consultations Psychologiques de Paris-sud

Articles récents

L'AUTISME N'EST PLUS CE QU'IL ÉTAIT, par Alain Gillis, psychiâtre, sur Médiapart (11/1/17)

13 Janvier 2017 , Rédigé par c-p-p-sud Publié dans #autisme

Une émission du lundi 9 janvier sur France Culture à 16h 

La Méthode scientifique L'autisme : quelles origines, quels traitements ?

nous apprend que le nombre d’autistes s’est trouvé multiplié par 10 en quelques décennies. Un pour 100 des français sont  maintenant autistes. Cette inflation de chiffres, une épidémie (?)  nous vient d'outre atlantique depuis quelques années.

Voici le billet d'Alain Gillis :

Que se passe-t-il ? Thomas Bourgeron et Frédérique Bonnet- Brilhaut, respectivement généticien et professeure à la faculté de médecine de Tours, tous deux spécialistes de l’autisme font part d’un élargissement sensible  du cadre de l’autisme, ce qui en augmente mécaniquement l’effectif.

Un recrutement, un appel à la quasi totalité des déficients intellectuels, a eu pour effet d’agrandir cet ensemble de plus en plus équivoque : l’autisme. Ainsi, de nombreux enfants déficients ayant tendance a parler moins que d’autres et à se tenir en retrait, peuvent-ils  maintenant se trouver autistes… (Ceux là, impitoyablement « dépistés » et précocement « diagnostiqués », seront probablement facilement améliorés…)

 Un peu plus avant dans l’émission on apprend que la comorbidité est très importante. Ce qui veut dire que les autistes (70 pour 100 d’entre eux), sont porteurs de bien d’autres anomalies : séquelles d’un méningite, d’un trauma crânien, d’une épilepsie, d’une hypoxie néonatale, d’une anomalie génétique atypique, etc. L’autisme devient alors un symptôme parmi d’autres. Il peut signifier une diversité de troubles peu spécifiques comprenant toutefois une des caractéristiques chères à Kanner. 

 Voyons un peu du côté du génome. Il se trouve que Thomas Bourgeron, généticien très impliqué dans ces recherches, est honnête, sympathique et sans illusions superflues. Il est très, très scientifique ! C’est sûrement ce qui lui permet de douter sans problème de toute coïncidence rêvée entre tel ou tel gène et l’autisme. Il insiste au contraire sur la diversité heterogène des manifestations cliniques, il insiste également sur la pluralité et la dispersion des sites génétiques susceptibles d’avoir un rôle dans la constitution de telle ou telle forme d’autisme. Il insiste enfin, et c’est fondamental, sur le fait que les groupements d’autistes, les cohortes les plus importantes  perdent en route les éléments d’analyse fine qui  permettraient d’accéder à la compréhension d’un petit groupe d’individus typiques, mais peu nombreux… A la fin, Thomas Bourgeron explique la nécessité de faire dans la « haute couture », c’est à dire du sur mesure, c’est à dire du cas par cas ! Exit les bonnes vieilles caractéristiques aussi générales qu’introuvables.

Très bien, c’est ce que certains cliniciens, j’en connais au moins un, pensent depuis longtemps.

 Voyons maintenant du côté fonctionnel et cognitif. Comme on pouvait s’y attendre, on trouve des différences neurophysiologiques entre les « autistes » ou apparentés, et les autres, les « normaux ».

 On constate, en imagerie fonctionnelle, chez les « autistes », des particularités dans la mobilisation de certains circuits neuronaux  et ces différences coïncideraient - plus ou moins précisément - avec les troubles observés tant au niveau du regard, des interactions sociales, de la compréhension des situations, de la lecture, des émotions, etc… Cette coïncidence entre des troubles cliniquement repérables et des différences neurophysiologiques est mise en avant pour mettre en place  un traitement. Lequel ?

En voici le principe :  par des stratégies de jeu et d’échange, par stimulation appliquée, comme chirurgicalement (dixit le docteur Bonnet Brilhaut) à chacun des comportements repérés cliniquement et rattachés à des manifestations électrophysiologiques, on doit pouvoir restaurer ou constituer le faisceau neuronique d’une « resynchronisation de l’enfant ». Après coup on vérifie et une amélioration s'objective à l'IRM.

 C’est là où, à mon avis, le bât blesse. Car il est question d’accréditer l’idée que sans ce repérage,  clinico-électrique, sans cette adresse chirurgicale, on ne saurait rien modifier de pertinent. Ce fantasme qui promeut l’idée d’une opération cognitive ciblée sur les éléments neuro-comportementaux, opérés les uns après les autres, ce fantasme entérine le schéma mécaniste d’un découpage auquel on devrait sacrifier lorsque l’on s’occupe d’un enfant présentant de l’autisme.

Or, il est à la portée de toute prise en charge de viser un effet de la plasticité cérébrale pour peu qu’on s’en occupe avec constance, ténacité et désir de partage. Sans qu’il soit du tout nécessaire de préconiser une technique d’allure chirurgicale. Dans le cours d’une participation, dans la poursuite éducative quotidienne d’une rencontre vraie avec l’enfant, celui-ci se trouve entraîné par des conduites qui prennent valeur d’exemple, développent l’espace relationnel et agissent par conséquent sur les déterminants du comportement social sans devoir les viser un à un...

 Quand j’observe dans une institution les modifications de tenue et de comportement d’un enfant qui bénéficie d’un travail de compréhension et de proposition éducative réfléchie, je ne doute pas qu’on trouve en lui les traces, l’imagerie reflétée  de ce travail de « haute couture » réalisé dans le courant de la vie institutionnelle par des éducatrices spécialisées fortement investies et bien renseignées sur la réalité de leur travail. Pourquoi pas ?

 Que ces vertus professionnelles de réflexion, de compréhension et de proposition  ne soient pas souvent à l’œuvre dans les lieux qui devraient s’y consacrer est un autre problème. Il s’agit d’une carence, grave. Mais cette carence ne prouve pas du tout la supériorité des dispositifs d’allure scientifique établis dans quelques citadelles expérimentales. Ce sont les moyens attribués au tout venant des institutions qui empêche que se développe une intelligence de la différence et une attitude thérapeutique réfléchie.

 Mais cet autre problème, connexe, ne peut être évoqué ici sans donner à ce billet une longueur qui découragerait la lecture.

 

Alain Gillis

 (Cet autre problème c’est celui de l’organisation d’un service public qui se débarrasse de la pédopsychiatrie en plaçant les enfants dans des IME dépourvus de psychiatres. Ça, c’est fort, et c’est simple ! Nous y reviendrons.)

Lire la suite

En Laponie finlandaise, la méthode thérapeutique de l'"Open Dialogue"

6 Janvier 2017 , Rédigé par c-p-p-sud Publié dans #thérapeutiques, #Sujets et enjeux

Comment la Laponie Occidentale a fait disparaître la schizophrénie de toute une région

Une méthode qui a fait ses preuves depuis 30 ans.

Son axe est l'écoute de l'ensemble familial plutôt que le "traitement" du patient identifié psychotique ou malade. Et aussi une certaine abolition des places de soignant et soigné.

Et tout cela dans un grand respect de chacun.

 

 

 

"La méthode Open Dialogue est basée sur plusieurs principes fondamentaux. Le principe essentiel, cela n'est pas surprenant, est l'ouverture du dialogue.

Une conversation sans secrets, sans hiérarchies, qui valorise la voix de chaque participant aux soins, surtout celle de ceux qu'on appelle les "clients".

De même, les thérapeutes travaillent en équipe, ils réfléchissent et discutent ouvertement les uns avec les autres de leurs réflexions et de leurs sentiments, devant les clients et leurs familles.

Bien que ces principes semblent assez raisonnables, en pratique ils sont assez éloignés de presque tous les modèles en santé mentale." 

On peut ajouter aussi de la majorité des méthodes pratiquées par la psychiatrie en France, où la principale thérapeutique est souvent uniquement médicamenteuse.

 

Pour en savoir plus :

http://www.forumpsy.net/t868-open-dialogue-la-methode-qui-a-pratiquement-eradique-la-schizophrenie-en-finlande

Lire la suite

Sommes-nous tous fous ? Qu’est-ce la psychose ?

18 Décembre 2016 , Rédigé par c-p-p-sud Publié dans #Sujets et enjeux

Dans une série à écouter   sur France Culture,        dans l'émission

Les nouveaux chemins de la connaissance

la question est posée :

Mais qu'est-ce vraiment que la psychose ? Comment se distingue-t-elle

de la névrose ? Et quel est son rapport à la normalité ? Peut-on d'ailleurs tracer

une ligne claire entre le psychotique et l'homme dit "sain" ?

La psychose recouvre de nombreux phénomènes psychiques : hallucinations auditive et visuelle, paranoïa, délire de persécutions... La psychanalyste et philosophe Colette Soler explore aujourd'hui les recoins de la psychose.

Lien :

https://www.franceculture.fr/emissions/les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance/sommes-nous-tous-fous-44-quest-ce-la-psychose#

Lire la suite

UNE VICTOIRE POUR TOUS LES AUTISTES ET POUR LA PLURALITE DES SOINS

9 Décembre 2016 , Rédigé par c-p-p-sud Publié dans #autisme

AFP - Autisme: un texte LR anti-psychanalyse rejeté par l'Assemblée 


AFP - 08/12/2016, 14:31

Paris - France - AFP - L'Assemblée nationale a rejeté jeudi un texte controversé, signé par près d'une centaine de députés LR et qui invitait à "condamner et interdire les pratiques psychanalytiques" dans la prise en charge de l'autisme.

Opposée à "une entreprise malheureuse", "attaque sans précédent contre l'ensemble des professionnels de santé", la secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion, Ségolène Neuville, a regretté dans l'hémicycle que cette proposition de résolution ait "pour effet de raviver des tensions qui n'ont plus lieu d'être".

Le texte de Daniel Fasquelle, paraphé également par Laurent Wauquiez, Bernard Debré et Nathalie Kosciusko-Morizet, entendait inciter le gouvernement à ne plus financer les prises en charge psychanalytiques et à pénaliser les professionnels de santé "qui s’opposent aux avancées scientifiques et commettent des erreurs médicales en matière d'autisme".

"Sortons du Moyen Âge dans le traitement de l'autisme et redonnons espoir aux familles", a lancé depuis la tribune M. Fasquelle, qui soutient "les méthodes éducatives et comportementales", recommandées par la Haute Autorité de santé (HAS) depuis 2012 et mises en oeuvre en particulier au Canada et en Belgique. "Les principales instances de la psychiatrie française d'obédience psychanalytique refusent de les appliquer", a-t-il dénoncé, évoquant une "colère" des familles touchées.

Mais il n'a trouvé le soutien d'aucun autre groupe politique et même son collègue LR Nicolas Dhuicq, psychiatre de profession, s'est élevé contre "un texte dépassé" car

"il n'y a pas un autiste mais des autistes", donc une pluralité d'approches, et il y aurait une "dérive dangereuse" à ce que le législateur impose des méthodes ou techniques aux soignants.

Il a été rejoint en cela par la secrétaire d'Etat ainsi que des députés de tous bords, le socialiste Denys Robiliard invitant à ne pas suivre "les préconisations d'un Lyssenko au petit pied", en référence à la dictature scientifique du généticien stalinien Trofim Lyssenko.

Les socialistes, élus du Front de gauche et centristes ont indiqué voter contre, les radicaux de gauche se sont abstenus.

Les principales associations dédiées à l'autisme, rassemblant notamment les familles (Agir et vivre l'autisme, Vaincre l'autisme, Asperger aide France, Collectif Egalited, Autistes sans frontières,  Maison de l'autisme...) avaient appelé à soutenir le texte. Celui-ci avait naturellement fait bondir les défenseurs de la psychanalyse. 


 

AFP - 08/12/2016, 14:31
Lire la suite

PRISE EN CHARGE DE L’AUTISME : Vote à l'assemblée nationle le 10 décembre

6 Décembre 2016 , Rédigé par c-p-p-sud Publié dans #autisme, #Sujets et enjeux

OUI AU LIBRE CHOIX DE LA MÉTHODE DE SOIN
NON À L’INTERDICTION DE LA PSYCHANALYSE

Nous voulons attirer votre attention sur la dérive liberticide de la proposition de
résolution déposée par Monsieur Fasquelle et quatre-vingt-treize députés auprès de la Présidence de
l’Assemblée nationale le 13 octobre 2016, invitant le Gouvernement à « promouvoir une prise en
charge de l’autisme basée sur les recommandations de la Haute Autorité de Santé », tout en
l’invitant également « à condamner et interdire les pratiques analytiques sous toutes leurs formes
car n’étant pas recommandées par la HAS ». Nous sommes très surpris que cette proposition fasse
suite à l’intervention du Président de la République qui, lors la Conférence nationale du Handicap,
le 19 mai 2016, a souhaité que le 4 e Plan Autisme soit celui « de l’apaisement et du rassemblement.
Parce que nous devons avoir toutes les réponses et les réponses les plus adaptées, sans préjugés et
sans volonté d’imposer une solution plutôt qu’une autre ».

Lire la suite ici et signer la pétition si vous le souhaitez :

https://www.change.org/p/monsieur-le-pr%C3%A9sident-de-l-assembl%C3%A9e-nationales-et-mesdames-et-messieurs-les-d%C3%A9put%C3%A9s-autisme-oui-au-libre-choix-de-la-m%C3%A9thode-de-soin-non-%C3%A0-l-interdiction-de-la-psychanalyse?recruiter=643118435&utm_source=share_petition&utm_medium=email&utm_campaign=share_email_responsive

 

Lire la suite

La souffrance psychique chez les jeunes, une expérimentation prochaine

2 Novembre 2016 , Rédigé par c-p-p-sud Publié dans #thérapeutiques

Une expérimentation va être menée dans trois régions françaises, dont l'Ile de France.

Après un dépistage par le médecin généraliste ou le médecin scolaire, le jeune pourra être redirigé vers un psychologue en libéral et 10 séances pourront être remboursées aux parents.

Ce n 'est pas rien, quand on sait que les lieux gratuits (CMP, CMPP) sont débordés, et que, pour un jeune qui ne va pas bien, on ne peut attendre des mois.

Cela permettra aux parents qui ne peuvent financer les séances de pouvoir faire néanmoins une démarche rapidement.

On peut s'interroger sur la compétence et le temps qu'ont ces professionnels pour effectuer ce dépistage, car  s’ils diagnostiquent ou soupçonnent un trouble psychiatrique, des risques suicidaires ou des symptômes psychotiques le jeune sera sorti de l’expérimentation et orienté vers un psychiatre.

Si le médecin repère une simple souffrance psychique, il pourra adresser le patient vers un psychologue clinicien libéral.

Ici un article du journal La Croix relatant ce projet qui vient d'être voté par les députés :

http://www.la-croix.com/Famille/Enfants/Souffrance-psychique-une-experimentation-pour-prendre-en-charge-les-jeunes-2016-10-28-1200799509?utm_source=Newsletter&utm_medium=e-mail&utm_content=20161102&utm_campaign=newsletter__crx_parents&utm_term=431430&PMID=f0e171f450a2d548851f2c5bafe134a6

Lire la suite

Un livre qui sort : Psychothérapies du sujet âgé

31 Octobre 2016 , Rédigé par c-p-p-sud Publié dans #thérapeutiques, #Sujets et enjeux

      

    Le vieillissement s'accompagne de difficultés psychologiques, sentiments de vide, idées dépressives, voire suicidaires, perte de sens à la vie, difficultés aussi relationnelles.

Cet ouvrage traite plutôt du versant pathologique des questions du psychisme et du vieillissement.

Il a l'intérêt de poser que, quel que soit l'age, il est possible d'aider la personne qui souffre.

Voici la quatrième de couverture :

 une prise en charge adaptée, qui a pour objectif de dépister, d'évaluer, de traiter, de prévenir tous les types de pathologies, mais aussi de prendre en compte le bien-être psychologique dans le souci de préserver au maximum l'autonomie.

           L'accompagnement psychothérapeutique – qu'il soit individuel, de groupe, familial, du couple - est particulièrement indiqué.


Ainsi, ce livre aborde :

Partie I - Les principales pathologies du vieillissement pour une bonne compréhension des problèmes somatiques et psychopathologiques des personnes âgée.

Partie II – Les principaux instruments dévaluation avec les échelles et questionnaires dévaluation de ces pathologies et des troubles associés.

Partie III - Les prises en charge psychothérapeutiques et les nouvelles technologies.


Des cas cliniques viennent étayer ces différentes approches. Les interactions des traitements biologiques avec les psychothérapies sont également évaluées.

Lire la suite

Quand la dépression touche aussi les enfants

19 Octobre 2016 , Rédigé par c-p-p-sud Publié dans #Sujets et enjeux

En France, entre 2,1 et 3,4 % des enfants seraient en dépression. Ce sujet tabou trouve de plus en plus d’échos chez les scientifiques.

Ils ont moins de 12 ans et ont toute leur vie devant eux. On les croirait joyeux, insouciants. Et pourtant, le sentiment de mal-être peut aussi les toucher. Pendant longtemps, la dépression chez les enfants a été passée sous silence. Comment concevoir que des petits puissent être aux antipodes de ce que l’on s’imagine d’eux : enjoués, innocents et pleins de rêves ? Encore aujourd’hui, le sujet reste tabou, mais les langues commencent à se délier. Il était temps. En France, en 2010, entre 2,1 et 3,4 % des enfants étaient en effet touchés par des troubles dépressifs, selon les données de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes).

Pourquoi sombrent-ils eux aussi dans ce mal-être ?

Lire la suite ici :

http://www.la-croix.com/Famille/Parents-et-enfants/Quand-la-depression-touche-aussi-les-enfants-2016-10-18-1200797155?utm_source=Newsletter&utm_medium=e-mail&utm_content=20161019&utm_campaign=newsletter__crx_parents&utm_term=407221&PMID=f0e171f450a2d548851f2c5bafe134a6

Lire la suite

Meeting du Collectif des 39 : « Enfance effacée..? Résister, Inventer! »

21 Septembre 2016 , Rédigé par c-p-p-sud Publié dans #Sujets et enjeux

Meeting  du Collectif des 39 :   « Enfance effacée..? Résister, Inventer! »

Le Collectif des 39 est inquiet et en colère face à l’évolution de nos sociétés, avec l’affaissement permanent des systèmes de solidarité publiques.

Il organise un meeting poétique et politique intitulé

« Enfance effacée..? Résister, Inventer! ».

Ce meeting aura lieu le dimanche 16 octobre 2016

de 9h à 18h à la Parole Errante à Montreuil,

9, rue François Debergue (Métro Croix de Chavaux).

L’entrée est libre et gratuite.

L’objet de cette journée est de dénoncer la logique gestionnaire qui entame la liberté de penser et d’agir, particulièrement dans le champ de l’enfance. Nous apporterons aussi le témoignage de la force, de la beauté et de l’intelligence d’autres pratiques qui respectent l’imaginaire et le temps de l’enfance.

Avec ce meeting nous voulons amplifier les solidarités, tisser des liens entre les mouvements individuels de résistance à la mise à mal de nos métiers, à la disparition tendancielle, dans les eaux glacées du calcul égoïste, de ce qui construit l’humain.

Regardez le programme ici:

http://www.collectifpsychiatrie.fr/?p=8317

Lire la suite

La Santé mentale, un bonheur sous contrôle : Un livre et un entretien

26 Juillet 2016 , Rédigé par c-p-p-sud Publié dans #Sujets et enjeux

La Santé mentale, un bonheur sous contrôle : Un livre et un entretien
Une réflexion sur l'histoire libératrice de la santé mentale et la récupération actuelle de cette belle idée qui a donné lieu à des changements radicaux d'accueio et de traitement durant le XXè siècle
« Le piège avec la santé mentale est le suivant : concept progressiste il y a cinquante ans, les acteurs de terrain ne peuvent que se féliciter de la prise en compte de cette problématique sanitaire et sociale. Aussi, comprendre que la santé mentale est devenu un instrument pour gouverner les hommes n’est pas chose aisée (…) Comprendre que la santé mentale s’insère dans une légitimation du discours de l’adaptation est importante pour comprendre les enjeux : « la santé mentale est la capacité de s’adapter à une situation à laquelle on ne peut rien changer. »
Comment un concept à l’origine progressiste, comme celui de la santé mentale est-il devenu un outil de gouvernement des conduites au service d’une économie néolibérale hyper-individualisante ?
Un entretien avec Mathieu Belhassen sur la chaîne marseillaise Radiogrenouille:

http://www.radiogrenouille.com/actualites-2/sujets/la-sante-mentale-vers-un-bonheur-sous-controle/

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>