Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Association Consultations Psychologiques de Paris-sud

Articles avec #sujets et enjeux tag

La psychiatrie et les chaînes

11 Octobre 2020 , Rédigé par c-p-p-sud Publié dans #Actualités, #Appel Pétition, #Sujets et enjeux

De nombreuses personnes ayant des problèmes de santé mentale vivent enchaînées

Une campagne mondiale vise à mettre fin à cette pratique et à la stigmatisation

Pire que la situation de la psychiatrie en France, un rapport dénonce cet état de faits dans 60 pays,

( Living in Chains: Shackling of People with Psychosocial Disabilities Worldwide »

« Vivre enchaîné : L’usage des chaînes pour contenir les personnes ayant un handicap psychosocial dans le monde »),

et montre que des personnes ayant des problèmes de santé mentale sont souvent enchaînées contre leur volonté dans leur propre domicile ou dans des institutions surpeuplées et insalubres, en raison de la stigmatisation généralisée et du manque de services de santé mentale.

Accès à l'article :

https://www.hrw.org/fr/news/2020/10/06/de-nombreuses-personnes-ayant-des-problemes-de-sante-mentale-vivent-enchainees

Pour agir :

https://www.hrw.org/fr/BreakTheChains

 

 

 

Lire la suite

Psychiatrie, le temps des camisoles : annulation d'une partie de la Loi Santé de 2016

13 Septembre 2020 , Rédigé par c-p-p-sud Publié dans #Actualités, #Sujets et enjeux

 5 années de  lutte contre cette Loi Santé de 2015, pour :

NON A LA CONTENTION

La sangle qui attache tue le lien humain qui soigne

 

Les associations : Advocacy, Argos 2001, Collectif schizophrénies, Promesses et Unafam

accueillent positivement la décision du Conseil constitutionnel du 19 juin 2020 annulant pour partie la loi de santé de janvier 2016 et demandant qu’avant le 31 décembre 2020 le gouvernement ait fait voter des amendements rendant obligatoire le contrôle par un juge judiciaire des décisions de mise en isolement et contention « au-delà d’une certaine durée », s’appuyant sur l’analyse que « l'isolement et la contention constituent une privation de liberté ».

 

La prise de position de ces associations constitue un soulagement pour tous ceux qui voient se développer, en psychiatrie, des actes contraires à la dignité humaine. Il faut cependant souligner que l’utilisation de la contention et de l’isolement ne constituent pas seulement des questions techniques et juridiques : si l’action dans ces deux domaines est essentielle, elle ne saurait faire oublier que le problème se situe ailleurs et singulièrement dans la domination de la psychiatrie pharmaceutique, du scientisme, de la folie gestionnaire et financière et de la peur entretenue du fou. Tout cela chosifient le patient. Celui-ci n’est plus considéré comme une personne qu’il faut écouter, respecter et avec qui il s’agit de nouer une relation. Il n’est pas un être singulier, même pas un malade, mais une maladie qu’il faut traiter. Cette chosification conduit non pas seulement à des « excès » ou à des « dérapages » mais en toute logique à une banalisation du mal qui peut conduire au pire. C’est donc l’ensemble du système qu’il faut interroger. C’est ce que mon ami Patrick Coupechoux a essayé de démontrer dans son article du Mode Diplomatique en mars dernier. 

Lire la suite ici :

https://www.collectif-schizophrenies.com/images/actualites/Lettre_collective_.pdf

Lire la suite

Open Dialogue : En Finlande, un autre dialogue s’est ouvert en Psychiatrie

17 Mai 2020 , Rédigé par c-p-p-sud Publié dans #Actualités, #Sujets et enjeux, #thérapeutiques

Un article, dans les blogs de la revue en ligne

Mediapart,

apporte une actualité sur l'orientation

Open dialogue,

en matière de prise en charge en psychiatrie

 

Voici le récit d'une rencontre en Finlande, entre une équipe composée entre autres

d' Emmanuel Kosadinos, psychiatre.

Elle est éditée dans un blog de Médiapart.

Le texte suivant a été élaboré à partir de nos rencontres en Finlande avec l'équipe Open Dialogue lors d'une formation.

A vous d'aller plus loin par votre lecture ici :

https://blogs.mediapart.fr/kinopsy/blog/170520/open-dialogue-en-finlande-un-autre-dialogue-s-est-ouvert-en-psychiatrie

 

 

Lire la suite

Un article du Monde-diplomatique, à écouter

28 Février 2020 , Rédigé par c-p-p-sud Publié dans #Actualités, #Sujets et enjeux

Quand le soin cède la place à la gestion de population

Psychiatrie, le temps des camisoles

par Patrick Coupechoux, journaliste

L’abandon de la vision humaniste de la folie et du soin, qui s’était développée dans l’après-guerre, a précipité la crise de la psychiatrie. Voici revenu le temps de la contention et de l’isolement, avec, de plus en plus fréquemment, des violations graves des droits des patients. Le personnel des hôpitaux réclame des moyens pour mettre fin à la maltraitance.
Si vous,souhaitez écouter ce reportage, c'est ici :
https://www.monde-diplomatique.fr/audio/2020-03-Psychiatrie_le_temps_des_camisoles.mp3?cle=sgGl2IKH9wMOj6CEStu34o3BW%2Bk%3D
Lire la suite

Malades mentaux et détenus, la double peine

26 Novembre 2019 , Rédigé par c-p-p-sud Publié dans #Actualités, #Sujets et enjeux

Nous relayons cet article, qui nous semble digne d'intérêt

 

Malades mentaux et détenus, la double peine

par Eric Favereau, dans le quotidien Libération

Dans les couloirs de l'UHSA de Seclin, en 2013. Créées par une loi de 2002, les unités hospitalières spécialement aménagées (UHSA) ont vocation à prendre en charge des personnes incarcérées nécessitant des soins psychiatriques en hospitalisation complète. Photo Aimée Thirion

Dans un avis sévère, Adeline Hazan,

la contrôleuse générale des lieux de privation de liberté,

dénonce une aggravation de la situation pour les détenus,

accentuée par la crise que connaît la psychiatrie.

C’est «accablant». Mais pour autant ce n’est pas une surprise, et c’est peut-être cela le plus grave. La contrôleure générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) dresse un constat très noir de la prise en charge des détenus atteints de troubles mentaux, dans un avis publié ce vendredi.

Lire la suite ici :

https://www.liberation.fr/france/2019/11/22/malades-mentaux-et-detenus-la-double-peine_1764980

Lire la suite

S'appuyer sur les passions des autistes, par J-C Maleval - Le Club de Mediapart

3 Juillet 2019 , Rédigé par c-p-p-sud Publié dans #thérapeutiques, #Sujets et enjeux

        Le traitement du mal-être de l’autiste par le bord, prôné par un courant de la psychanalyse lacanienne, cela peut se dire simplement : c’est s’appuyer sur ses passions. A savoir principalement ses objets autistiques, ses doubles et ses intérêts spécifiques. Il s’agit de la thérapie spontanément utilisée par le sujet autiste à des degrés divers quand on ne l’entrave pas dans ses efforts.
La thérapie par les bords
 
        Quelles sont les passions de l’autiste ? D’abord son objet autistique, mais aussi son double, et son intérêt spécifique. Ces éléments constituent les trois incarnations du bord autistique. Que possèdent-ils en commun ? Ils sont l’objet d’un exceptionnel intérêt : ils condensent ce qui compte le plus pour l’enfant autiste, ce sont ses trésors. Certes, leur investissement est initialement excessif, il convient souvent de le tempérer, mais la plupart des autistes de haut niveau s’accordent à considérer que les supprimer est inapproprié.

 

En tant qu’il se fonde sur les inventions et les passions de l’enfant, et non sur le savoir de l’éducateur, rien n’objecte à l’inscrire globalement dans les méthodes psychodynamiques.

        C’est une psychanalyste, Frances Tustin, qui a introduit la notion d’objet autistique.

        Pourquoi les nommer bord ? Parce que l’enfant autiste les situe comme des intermédiaires rassurants entre lui et le monde extérieur.  Il les utilise spontanément, quand il n’en est pas empêché, pour se protéger des échanges, pour réguler sa vie émotionnelle, et pour entrer en contact avec son entourage par leur entremise.

Retrouvez l'article entier ici :

https://blogs.mediapart.fr/j-c-maleval/blog/300619/sappuyer-sur-les-passions-des-autistes

Lire la suite

Qui parle au nom des autistes ?

29 Janvier 2019 , Rédigé par c-p-p-sud Publié dans #Sujets et enjeux, #autisme

Docteur BB, pédopsychiatre, pose la question de qui s’exprime, de quelle place, avec quelle légitimité scientifique ou institutionnelle, avec quel recul par rapport à son « expertise », et quels conflits d’intérêt, sur la prise en charge de l'autisme.

photo : AMELIE-BENOIST / BSIP

Le dernier plan autisme de 2018  revendique de 

« remettre la science au cœur de la politique de l'autisme ».

Ce médecin interroge au niveau clinique, sociétal, politique, la question de l'autisme, ou plutôt des autismes, des autistes, des sans voix, oubliés jusqu'aux "hauts niveaux", médiatisés.

 

 

A lire sur le site de Politis :

https://www.politis.fr/blogs/2019/01/qui-parle-au-nom-des-autistes-34352/

 

Lire la suite

Un Français qui travaille sur 5 présente un risque de trouble psychique

3 Décembre 2018 , Rédigé par c-p-p-sud Publié dans #Actualités, #Sujets et enjeux

D'après une enquête publiée ce lundi 26 novembre sur le Huffington post, 22% des employés français présentent une détresse "orientant vers un trouble mental".

Selon une étude de la Fondation Pierre Deniker présentée ce lundi 26 novembre au Cese (Conseil économique, social et environnemental), un Français actif sur cinq (22%) présente une détresse "orientant vers un trouble mental" et les facteurs de risques psychosociaux au travail influent fortement, notamment le déséquilibre entre  vie professionnelle et vie personnelle.

La question des troubles psychiques au travail "constitue un véritable enjeu de santé publique", souligne cette fondation pour la recherche et la prévention en santé mentale, créée en 2007, en plaidant pour une "politique d'évaluation et de prévention" chez les actifs.

Selon l'enquête dévoilée au Conseil économique, social et environnemental , réalisée avec Ipsos et dont les données ont été analysées avec l'appui du Conservatoire national des arts et métiers (Cnam), la proportion d'actifs présentant un risque de trouble psychique est plus importante chez les femmes (26%) que chez les hommes (19%).

La prévalence est aussi plus élevée parmi les actifs travaillant plus de 50 heures par semaine (35% contre 21%), ceux sans bureau fixe (33% contre 22%), les personnes ayant un revenu annuel inférieur à 15.000 euros (30%), celles passant plus d'une heure et demie dans les transports (28%) et chez les actifs aidants de personnes handicapées ou en perte d'autonomie (28%).

Le poids des facteurs dans l'équilibre vie professionnelle/vie privée

En croisant l'évaluation de la détresse psychique avec l'exposition aux facteurs de risques psychosociaux -travail valorisant ou non, solidarité entre collègues, soutien de la hiérarchie, harcèlement, confiance en l'avenir professionnel...-, l'étude a identifié le poids des principaux facteurs, au premier rang desquels l'équilibre vie professionnelle / vie personnelle, qui est le "plus impactant".

45% des actifs qui déclarent ne pas parvenir à mener de front les deux (15% des personnes interrogées) "présentent un haut risque de trouble psychique" contre 18% de ceux qui y parviennent, selon l'étude.

Le poids des différents facteurs varie selon les profils. Pour les salariés, travail valorisant, solidarité entre collègues et communication au travail comptent le plus. Pour les indépendants, c'est la confiance en l'avenir professionnel.

Par sexe, pour les femmes, l'importance d'avoir un travail valorisant influe davantage (46% de celles qui ne se sentent pas utiles présentent une détresse contre 20%). Pour les hommes, c'est la solidarité au travail (33% de ceux qui ne peuvent pas compter sur leurs collègues sont à haut risque contre 13%).

Sur la base de ces résultats, la Fondation Pierre Deniker en appelle aux pouvoirs publics pour "investiguer les liens de causalité entre troubles mentaux et facteurs de risques psychosociaux". "Nous devons impérativement constituer des cohortes de plusieurs dizaines de milliers de personnes" pour disposer de données scientifiques, plaide le Professeur Raphaël Gaillard, président de la fondation et chef de pôle au sein du centre hospitalier Sainte-Anne à Paris.

L'enquête a été réalisée en ligne du 27 février au 6 mars auprès d'un échantillon représentatif de 3.200 actifs français selon la méthode des quotas.

https://www.huffingtonpost.fr/

Lire la suite

Chroniques du travail aliéné, de Lisa Gaignard

25 Mars 2018 , Rédigé par c-p-p-sud Publié dans #Sujets et enjeux

Clinique de la violence du travail et des effets sur la personne :

De 2007 à 2014, Lise Gaignard, psychologue du travail et psychanalyste, et Fabienne Bardot, médecin du travail, ont rédigé plusieurs dizaines de chroniques pour Alternative libertaire. Signés Marie-Louise Michel et Aline Torterat, ces récits à la première personne, tirés de situations réelles, dépeignent sans artifice la violence du travail à l’ère néolibérale. Ils sont aujourd’hui réunis et présentés

                                                         par les éditions D’une.

« Ce livre parle de notre voisin de palier, de la femme au comptoir ou derrière le guichet  ; il parle de nous, de notre monde ordinaire, avec nos mots, ceux de tous les jours. Des mots qui ne prennent pas de gants, directs sur ce monde banal et cruel. Rien de spectaculaire, rien que l’ordinaire. Mais des drames, des gens qui craquent ou qui meurent, sans que ralentisse le cirque infernal, “comme si de rien”.

Ceux qui parlent, d’ailleurs, étaient à fond dans le circuit, jusqu’au pépin… Quelque chose est arrivé qui les a mis hors course, les yeux dessillés. C’est ce moment de la prise de conscience, quand ils envisagent leur compromission dans le système néolibéral à s’en rendre malade, que Lise Gaignard saisit ici sur le vif. » extrait de la préface de Pascale Molinier

 

Lisez une chronique du travail aliéné :

Josette, cheffe d’établissement remplaçante dans le secteur postal

Les Chroniques du travail aliéné, par Marie Louise Michel, psychologue du travail

Début mars, j’ai eu la grippe. Et quand je suis revenue de mon arrêt-maladie, j’ai perdu pied. Je ne peux plus travailler, je ne sais pas ce qui s’est passé, je n’arrive plus à prendre les choses du bon côté. Avant, j’étais cheffe d’établissement remplaçante. La boîte pouvait me féliciter, j’ai tout fait comme un bon petit soldat pendant quinze ans.

Des exploits : j’ai fait passer la pilule des restructurations à toutes les organisations syndicales ! Mes chefs ne comprennent pas pourquoi ça ne va plus. Tout me semble difficile, ils m’ont mise conseillère commerciale pour les professionnel-le-s. Mon poste de volante n’existe plus.

Ce n’est pourtant pas difficile, le commercial. Mais il faut quand même appeler un à un les coiffeuses ou les boulangers pour leur proposer de distribuer leurs pubs dans les boîtes aux lettres, on appelle ça « leur proposer des solutions courrier », le plus dur est de les décider à nous rencontrer. Évidemment on les dérange ; alors ils raccrochent, elles nous envoient balader.

Depuis que je suis rentrée d’arrêt-maladie, faire ce genre de boulot, ça me semble une montagne. Je ne suis plus du tout motivée… Il faut dire que les conseillers financiers sont commissionnés, alors que le conseiller commercial, rien du tout. C’est ingrat. Et je ne suis pas la seule à vouloir arrêter ce travail, c’est la valse des responsables clientèle.

Responsable d’établissement, j’ai fait au mieux, j’étais « dans la ligne du parti », on va dire… Et je me retrouve à faire du phoning comme une bleue, sous les ordres d’un petit chef de 30 ans, pas très compétent mais très bien vu... J’aurais été plus efficace que lui à ce poste, mais ils préfèrent les jeunes. En fait ça ne sert à rien de les avoir servis pendant tout ce temps. Pas de récompense…

Comme ils voient bien que je ne suis pas au top, ils m’ont poussée à m’arrêter en longue durée. Je vois bien qu’ils ont envie de m’oublier… Encore sept ans avant la retraite. C’est long si je ne peux plus me vendre. Je suis toute seule, je ne sais pas ce que je vais devenir. Je ne veux plus me faire avoir. En même temps, me syndiquer, ce n’est même pas la peine d’y penser : je suis grillée dans la région, après tout ce que je leur ai fait avaler !

  • Seul le prénom est modifié, le reste est authentique.

Il est possible de lire quelques autres chroniques sur le site d'Alternatives libertaires:

http://alternativelibertaire.org/?Les-Chroniques-du-travail-aliene,6578

Lire la suite

4è plan autisme : La science au cœur de la politique publique de l’autisme ?

19 Mars 2018 , Rédigé par c-p-p-sud Publié dans #Sujets et enjeux, #autisme

                    L’annonce par le Président de la République du 4ème plan autisme, initialement prévue mi-mars, a été reportée à début avril. Les discussions sur les grandes orientations ne sont donc probablement pas terminées et les derniers arbitrages auront certainement lieu dans les jours qui viennent.

Dans cette attente, Patrick Sadoun Président du RAAHP (Rassemblement pour une Approche des Autismes humaniste et plurielle) écrit une chronique parue dans Mediapart le 18/03/2018

Rassemblement

pour une approche des autismes humaniste et plurielle                      La science au cœur de la politique publique de l’autisme ?


                    "Vivant sur les idées fausses sur l'autisme, notre société continue de caricaturer. C'en est assez!
Avec Emmanuel Macron, nous voulons remettre la science au cœur de la politique publique de l'autisme", a déclaré le 14 mars 2018 Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge du Handicap, à propos du 4 ème plan autisme.
                      L’intention est louable. Malheureusement il n’existe pas encore de vérité scientifique sur l’origine de l’autisme. Malgré des sommes non négligeables investies dans la recherche un peu partout dans le monde on ne dispose aujourd’hui d’aucun marqueur biologique, génétique ou d’imagerie médicale pour poser le diagnostic d’autisme. Il serait donc sage de considérer les différentes théories sur cette question comme de simples hypothèses de travail. Certes certaines sont assez farfelues, voire dangereuses (comme celle qui rendent le vaccin ROR ou le gluten et la caséine responsables de l’autisme), d’autres (comme les pistes neurodéveloppementales ou pluri-géniques) semblent bien plus plausibles mais un esprit scientifique ne devrait pas se contenter de présomptions de preuves.
                    D’autant plus que, vue l’extension actuelle du champ des troubles du spectre autistique, il est peu probable que toutes les formes d’autisme aient la même origine.
                  Cependant on ne peut pas attendre qu’une « vérité » scientifique soit établie et reconnue pour accueillir et accompagner les centaines de milliers de personnes et de familles
concernées. Le principal scandale de la politique de l’autisme en France c’est justement
l’absence de toute réponse des pouvoirs publics aux innombrables familles qui doivent porter
seules les enfants, les adolescents et surtout les adultes les plus sévèrement affectés par ces
troubles.
                   Par ailleurs il est parfaitement légitime que les pouvoirs publics soient soucieux de l’évaluation de la qualité des interventions auprès de nos enfants. Ainsi l’évaluation des 28 centres expérimentaux financés à grand frais sur les deniers publics pendant de nombreuses annéess’est avérée très décevante. Les méthodes de conditionnement utilisées dans ces
établissements, outre la question éthique et celle d’un coût 2 à 4 fois supérieur aux
établissements classiques, sont bien loin d’avoir tenu la promesse initiale de « guérison » d’un
autiste sur deux.

                   Ces méthodes prétendaient pourtant être prouvées scientifiquement. Certes la Haute Autorité de Santé, dans ses recommandations de 2012, ne leur avait pas accordé le grade A.Mais aucune autre n’avait obtenu ce grade supérieur, conféré uniquement à des vérités scientifiques établies.
                   La science ne peut donc malheureusement pas, à l’heure actuelle, nous indiquer la meilleure façon de s’y prendre avec une personne autiste pour l’aider à s’ouvrir aux autres et au monde, à progresser et à s’épanouir. Et pourtant c’est la question la plus importante pour tout parent.
                  De même nous tenons tous à ce que la qualité de l’accueil dans les différents établissements ou services soit régulièrement évaluée. Mais ce qui nous importe le plus c’est la réalité quotidienne que vivent nos enfants avec les professionnels qui en prennent soin et pas les références théoriques qui leur servent plus ou moins de repère dans leur pratique. C’est là le sens des indicateurs de qualité proposés par le RAAHP dans le cadre de la préparation du 4ème plan autisme.

                   Alors que la science n’est pas encore en mesure de répondre aux questions essentielles de l’origine des autismes et qu’elle n’a validé sérieusement aucune démarche pour soutenir et aider à progresser les personnes autistes, il serait illusoire et dangereux de lui demander ce qu’elle ne peut pas donner. Cela favoriserait le dogmatisme de ceux qui, tournant le dos aux réalités, prétendent détenir une vérité unique et universelle et cela relancerait des guerres de religions stériles et destructrices. Ce serait aussi contraire à l’esprit du président Macron qui, dans son intervention à l’Elysée pour le lancement du 4 ème plan, avait clairement souligné sa volonté d’ouverture, de pragmatisme et d’apaisement.

Patrick Sadoun Président du RAAHP

Le site du RAAHP :

https://www.autismes.info/

 

Lire la suite
1 2 3 4 5 > >>